...Nous ne sommes pas là pour plaire aux gens. Juste les aider et les défendre...La politique de régression sociale du gouvernement : vous êtes tous concernés...Il n'y a pas d'arrangement..Rejoignez-nous...Défendez vos droits, adhérez à la CGT...Une seule attitude, la ligne dure !...Nous sommes là pour vous informer, vous guider et vous aider...

17/02/2016

I N S O U M I S S I O N



Le constat est sévère. Jamais les riches n'auront été si riches et jamais les pauvres n'auront été si pauvres. En France les délocalisations, les fermetures de sociétés vont bon train. La terrible concurrence européenne tend à niveler par le bas les salaires, les conditions de travail et la couverture sociale. Tout cela au nom du profit et de la finance. L'économie, peu à peu, a pris une place majeure dans les affaires de l'État. Contrairement à ce qu'a déclaré Charles De Gaulle en 1966*, la politique de la France se fait à la corbeille* et les marchands ont envahi le temple !

Aujourd'hui ce sont les banquiers qui imposent leurs lois dans les États dont ils sont les créanciers. Ainsi le Fond Monétaire International, la Banque Centrale Européenne, pour ne citer qu'eux s'immiscent dans les affaires nationales en exigeant des réformes structurelles : réduire les conquis sociaux, casser le code du travail, anéantir le service public pour le remplacer par des entreprises privées, détruire la force des syndicats.........Des réformes soit disant nécessaires comme le martèlent les médias aux ordres du pouvoir !

Le peuple, dans tout cela, est rendu responsable. Le travail coûte trop cher, les 35 heures plombent l'économie, la retraite est prise trop tôt, les chômeurs se complaisent dans l'oisiveté...Autant de motifs pour réformer à tout prix, en arrangeant au passage les affaires des patrons. De mensonge en mensonge les médias servent dans leurs messes journalières, la soupe au pouvoir en place. Les présentateurs complaisants, les économistes voués à la loi du marché, les consultants incontournables sont à la manœuvre pour colporter la bonne parole.

Aujourd'hui en France, ce sont des syndicalistes que l'on jette en prison ; ce sont plus de 6 500 000 chômeurs ; ce sont des salariés pauvres et des retraités dans la misère ; ce sont aussi des milliers de sans abri ; ce sont des millions de gens dans la détresse. Aujourd'hui la France tourne le dos à ses valeurs humaines fondamentales comme les Droits de l'Homme. Qu'importe puisque les politiciens de tout bord aiment l'entreprise ! Qu'importe puisque la finance continue à s'engraisser !

Pour ces raisons, un seul mot surgit et transcende le débat tronqué : INSOUMISSION ! Refusons ce qu'on veut absolument nous faire croire comme bon. Révoltons nous contre ce système qui fait de la pensée unique le seul chemin d'une politique économique. Indignons nous pour toutes les injustices faites aux personnes, mais aussi à l'environnement.


Soyons des insoumis !




André Le Gall


*« La politique de la France ne se fait pas à la corbeille », la formule est restée célèbre. Le général de Gaulle entendait indiquer avec celle-ci que les intérêts privés des investisseurs ne sauraient dicter leur loi à la politique d’un État qui se voulait stratège, centralisateur et maître de ses choix.
* A la bourse, au palais Brognard et avant l'informatisation les opératons boursières, les transactions se faisaient autour d'un lieu en forme de corbeille. https://www.youtube.com/watch?v=w5VfVubcNaQ